Théâtre

Théâtre TL : Les divorces de Figaro (janvier 2016)

Le jeudi 21 janvier 2016, les élèves de TL spécialité Théâtre ont présenté Les Divorces de Figaro.

{youtube}https://youtu.be/yksivxZDkPY{/youtube}

    Figaro : un personnage aux multiples facettes, d'abord parce qu'il traverse trois siècles d'œuvres littéraires et musicales.

    Créé par Beaumarchais pour la première fois au XVIIIe siècle dans Le Barbier de Séville, où Figaro retrouve son ancien maître, le comte Almaviva, et l'aide à enlever la belle Rosine des mains de son vieux tuteur, le docteur Bartholo, qui veut l'épouser, il revient quelques années plus tard avec Le Mariage de Figaro, où on le découvre cette fois valet du comte, et fiancé avec Suzanne, femme de chambre de Rosine devenue comtesse. Déjà, les relations changent : de l'amitié entre Figaro et Almaviva, on passe à une rivalité, puisque le comte cherche à séduire Suzanne. Deux siècles plus tard, Horváth, auteur austro-hongrois dont les œuvres sont jugées dégénérées par les nazis, écrit Figaro divorce, comme une suite du Mariage : rattrapés par une révolution, le couple Almaviva, Suzanne et Figaro s'enfuient, mais Figaro préfère reprendre son indépendance vis-à-vis du comte et de la comtesse, et les quitter pour s'installer à son compte, idée à laquelle Suzanne a du mal à adhérer. En plus de ces œuvres dramaturgiques, le personnage de Figaro fascine les compositeurs : au XVIIIe siècle, Mozart écrit l'opéra Les Noces de Figaro ; au XIXe, c'est au tour de Rossini de reprendre Le Barbier de Séville dans une forme chantée.

      Parler de Figaro, c'est donc penser à toutes ces œuvres à la fois : Figaro parle, chante, joue, exerce tous les métiers. Il semble intemporel, et pourtant, on le voit bel et bien vieillir entre les pièces. Figaro est-il le même entre Le Barbier de Séville et la pièce d'Horváth ? Apparemment pas. D'une profondeur peu habituelle pour un valet de comédie, il a justement la spécificité de présenter des facettes de plus en plus variées au fur et à mesure des pièces : homme heureux envers et contre tout, ivre de liberté, figure de l'homme de rien qui s'est construit à l'école de la vie, de l'autodidacte, homme sensible, mais révolté, voix de Beaumarchais, et pourtant homme qui s'embourgeoisera. Des divorces, il en connaîtra : avec Suzanne, avec le comte, avec son passé, ses principes et ses idéaux.

      Avec autant de matières différentes, dans des pièces et des opéras où l'on change de lieux et de temps sans cesse, il aurait été difficile de tenter un travail autour d'une dramaturgie naturaliste. Nous avons donc plutôt choisi de réfléchir autour de l'idée d'une pièce en construction, qui joue sur les ruptures, et ne cherche pas à créer l'illusion. L'idée de la construction passe alors à la fois par l'écriture et la scénographie. L'écriture, parce que l'agencement des différentes œuvres qui composent Les Divorces de Figaro ne respecte pas toujours d'ordre chronologique, alliant des souvenirs et des ellipses narratives aux scènes du présent. La scénographie, parce que les décors, notamment, montrent les coulisses et les réserves sur l'espace de jeu, comme si nous étions en perpétuelle répétition. Toute une dramaturgie finalement à l'image de Beaumarchais, qui voulait faire de la scène un espace appartenant aux femmes et aux hommes de théâtre, et à eux seuls.

Que retenons-nous alors de Figaro ? Une philosophie de la vie : « Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer », dit-il dans Le Barbier de Séville. Mais Figaro, ce sont aussi des problématiques soulevées : les abus des grands dans Le Mariage, l'espoir mis à mal, l'exil, le crépuscule d'une époque, chez Horváth. Figaro devient finalement, pour nous, toute une conception d'un théâtre à la fois porteur d'idées, mais qui peut aussi exprimer des sentiments intimistes dans le même temps. Nous ne sommes pas alors trop de dix-neuf pour porter une voix aussi plurielle que celle de Figaro.

Distribution TL
Dans les scènes du Barbier de Séville
Figaro : Sibylle BELAUD / Diana IDIR
Le Comte : Douglas BROSSET-CAILLEUX
Rosine : Kerene NVULU-NAKASILA
Dans les scènes du Mariage de Figaro
Figaro : Elsa BLANDIN / Jean-Baptiste VASSEUR
Suzanne : Manon GERHARDT / Justine MOREAU / Cécile GAUTIER / Olga JURMAND
Le Comte : Séléna BICHO / Douglas BROSSET-CAILLEUX / Camille ROYER
La Comtesse : Kerene NVULU-NAKASILA
Marceline : Apolline GAY
Fanchette : Océane RICHERT
Bartholo : Cécile GAUTIER / Olga JURMAND
Le juge Brid'oison : Laure GUICHON
Bazile : Lorette DUCORNOY
Dans les scènes de Figaro divorce
Figaro : Lorette DUCORNOY / Anton GLITA / Laure GUICHON
Suzanne : Suzanne DIDIER / Tiephane DIMI-OKELI / Cécile GAUTIER / Olga JURMAND
Le Comte : Séléna BICHO
La Comtesse : Kerene NVULU-NAKASILA
Les douaniers : Sibylle BELAUD / Diana IDIR / Manon GERHARDT / Justine MOREAU
Le client du salon de coiffure : Océane RICHERT
Le garde-forestier : Douglas BROSSET-CAILLEUX
Deux habitants de Grand Bisbille : Océane RICHERT / Camille ROYER

Mise en scène : les élèves de TL aidés par Pierre FICHEUX, Pierre-Mathieu HẾBERT et Marie-Pierre TERRIS
Travail du chant : Apolline GAY, Antonia BOSCO
Guitare : Douglas BROSSET-CAILLEUX
Piano : Apolline GAY
Violon : Anton GLITA
Chorégraphie : Suzanne DIDIER, Cécile GAUTIER, Diana IDIR
Effets sonores : Elsa BLANDIN, Douglas BROSSET-CAILLEUX, Diana IDIR
Aide pour les costumes : Mme ROYER
Affiche : Anton GLITA
Note d'intention : Apolline GAY