Théâtre

Théâtre 1L : Le Cabaret des Forcenez, d'Anoch Levin (janvier 2016)

Mis à jour le dimanche 24 janvier 2016 10:41
Écrit par Guillaume Lequien

Le jeudi 21 janvier 2016, les élèves de 1L spécialité Théâtre ont présenté le Cabaret des Forcenez, d'après Anoch Levin.

{youtube}https://youtu.be/chT3iZtOOqQ{/youtube}

Les œuvres / le travail mené avec les élèves : un montage, un jeu clownesque et masqué, le corps, le corps et encore le corps !
Les textes de la présentation sont extraits d’un recueil Que d’espoir et d’une pièce Funérailles d’hiver (textes parus aux éditions théâtrales et traduits par Laurence Sendrowicz). Comme tous les textes de Levin, ceux-là nous présentent des situations totalement absurdes mais saisissantes de vérité qui mettent en scène des personnes veules mais terriblement humaines.
Musicale, excessive, la présentation est imprégnée du désespoir gai que l’on trouve dans le folklore Yiddish. L’esprit de corps, de groupe doit y prévaloir comme l’interaction avec le public. Les élèves ont, par ailleurs, travaillé sur les postiches, la déformation de la voix, les postures corporelles pour explorer des personnages et des corps totalement différents des leurs. Ils ont adopté, avec des nez, une sorte de jeu masqué, clownesque grâce aux intervenants Pierre Ficheux et Philippe Pasquini de la Compagnie Daru-Thémpô.

Distribution 1L
Charlotte Bourdais : Shratzia, Vélvétsia, Tsitskéva dans Funérailles d’hiver, le touriste obsédé dans « Le Voyage organisé ».
Lise Collinet : Baragontsélé dans Funérailles d’hiver, la cliente de « A l’hôtel », Dieu et le professeur dans « la Genèse », une touriste bigot» dans « Le Voyage organisé ». Interprétations des intermèdes.
Tiphanie Crand : Rozenzweig dans Funérailles d’hiver, L’homme sans chapeau dans « Le Chapeau qui se transforme en cabas », le touriste tyrolien dans « Le Voyage organisé ».
Agathe Foujanet : La femme dans « Le Magicien », Shratzia dans Funérailles d’hiver, une touriste enthousiaste dans « Le Voyage organisé », interprétation des intermèdes.
Quentin Frère Toscano : Rashèss, Latshek dans Funérailles d’hiver, un des clients dans « Le Hot dog », un touriste dans « Le Voyage organisé ».
Colline Grasseau : Latshek, Lishtenstein , Vélvétisia dans Funérailles d’hiver, la petite vieille parmi les touristes dans « Le Voyage organisé » .
Marine Langlais : Shratzia dans Funérailles d’hiver, le vieil homme dans « La Genèse », un touriste boudeur dans « Le Voyage organisé ».
Naïs Marty : Vélvétsia, Rahess dans Funérailles d’hiver, le réceptionniste dans « A l’hôtel », une touriste snob dans « Le Voyage organisé ».
Inès Michard : le monsieur au chapeau dans « Le chapeau qui se transforme en cabas », Shahmandrina, le touriste fatigué, interprétation des intermèdes.
Pierrick Poulain : Le Magicien, Rashèss dans Funérailles d’hiver, un touriste grognon dans « Le Voyage organisé ».
Guillaume Tournier : Popotshenko dans Funérailles d’hiver, un des clients du « Hot dog », le touriste russe dans « Le Voyage organisé ».
Louise Viry : Tsitskéva dans Funérailles d’hiver, la vendeuse dans « Le Hot dog », un touriste xénophobe dans « Le Voyage organisé ».
~ ~ ~
Mise en scène : Les élèves de première L théâtre, Pierre Ficheux, Philippe Pasquini, Laura Plas
Affiche : Charlotte Bourdais.
Programme : Pierrick Poulain Affiche : Inès Michard, Charlotte Bourdais


HANOCH LEVIN
L’auteur : engagement, humour noir et tendresse pour la médiocrité de l’humanité.
Hanokh Levin est sans aucun doute le plus célèbre des auteurs et metteurs en scène israéliens du XXème siècle. Son œuvre a été traduite dans de nombreuses langues et montée en France par de très grands metteurs en scène. Mort prématurément, il a pourtant laissé une cinquantaine de pièces (comédies, tragédies mythologiques ou bibliques, cabarets, pièces politiques). Violemment engagée contre la politique belliciste des gouvernements en Israël, son œuvre a d’abord été interdite. Cependant, l’humour vitriolé de son théâtre, les thèmes de son œuvre (la difficulté de vivre, la peur de la mort, l’égoïsme) lui ont permis d’atteindre malgré tout la notoriété. Hanokh Levin nous parle d’une humanité pleine de défauts, de contradictions, mais pour laquelle il éprouve une infinie tendresse.