Dis-moi dix mots

Protéger

Le mythe de « Protégée »

     Au commencement, il n'y avait pas de malheur sur Terre. Un jour, le roi Veteres le Bien-Aimé maria sa fille à un homme peu honnête qui bouleversa l'histoire du monde connu. Une fois que le roi Veteres fut enterré, Caedes l'Absolu prit le pouvoir et abusa de sa fonction. Il pouvait lancer des rafales de vent très violentes ainsi que soulever de gigantesques vagues pouvant atteindre jusqu'à trente mètres de hauteur. Mais celui-ci oublia vite son principal rôle qui était de gouverner son peuple.
    Un jour, dans un moment de folie, il s'amusa à engager une terrible tempête qui ôta la vie à une cité toute entière située à quelques jours de son royaume. Lorsque sa femme, Protégée la Douce, apprit ce drame, elle entra dans une colère immense et s'adressa à l'âme défunte de son père afin de lui demander de l'aide. Celui-ci lui répondit :
« Ma chère fille, le destin de l'humanité est entre tes mains, c'est à toi de trouver la solution pour sauver ton peuple ! ».
A ces mots, une lumière éblouissante et aveuglante entoura celle-ci, ses pieds se décolèrent du sol et elle se retrouva haute dans l'immensité du ciel. Elle sentit un vent chaud lui caresser le visage et une révélation lui apparut : elle avait trouvé la clef pour sauver les victimes. En effet, la reine fit appel à la déesse toute puissante pour qu'elle remette la cité en ordre, qu'elle guérisse les blessés et condamne durement son mari. Celle-ci accorda sa supplication mais demanda en ces termes une contrepartie pour que son vœu se réalise :
« Ton peuple est vaillant mais si tu souhaites le sauver et être bienveillante, tu devras te sacrifier ! ».
La reine n'hésita point et annonça, en pensant à ses proches :
« Très bien, en mon âme et conscience, j'accepte cette sentence mais je réclame le bonheur des miens... ».
    Ainsi, elle s'éteignit avec grâce et le peuple fut très reconnaissant de ce magnifique geste, de ce don de la vie et organisa chaque année depuis ce jour une fête pour honorer sa sépulture et garder dans les mémoires cette admirable reine, Protégée désormais « La Bienveillante ». Le mot « Protegere, action de défendre, de sauver, était né... Il donnerait plus tard dans une civilisation éloigné le mot « Protéger ».image proteger

  • Émily Loyer
  • Pauline Provost-Chalan
  • Jérémy Pointel
  • Audrey Poupard