Dis-moi dix mots

Équipe

 

Vague à l'âme

bateauLes nobles hommes voguaient au gré des souffles du puissant maître des vents, Éole, tanguaient sur les vagues et s'abîmaient ainsi sur les flots impétueux depuis longtemps déjà. Ce vaillant équipage poursuivait ainsi sa route sur le large dos bleu de Poséidon malgré un retour toujours attendu. Ils ramaient ensemble, comme un seul et même homme, du lever de l'Aurore aux doigts de rose jusqu'à la tombée de la nuit. Mais l'ardeur de leurs premiers jours refluait de leurs membres désormais las et fatigués. Ainsi, chacun des nobles guerriers de cette équipe maritime, pourtant déjà avares en parole se taisaient maintenant complètement, comme si la Parque eut déjà tissé leur mort à tous. Et cet équipage d'ores et déjà différents de par leurs origines et leurs mœurs, vint à définitivement éclater lorsqu'à l'oreille d'un des Spartiates, les vents d’Éole vinrent à murmurer l'intention des impérieux Athéniens, leurs compagnons dans ce voyage. Ils auraient, lui souffla le Zéphyr, l'intention de subtiliser l'argent de la ligue défensive qui les unissaient. Suite à cette révélation, une querelle sans précédent secoua alors l'embarquement, plus vite même que le courant qui les portaient à destination. Timothéo, fils de Léonidas, engagé par son noble père pour l'interminable aventure, lui qui avait dû laisser au pays, femme et enfant, s'offusqua ainsi, outré, auprès de ses compagnons:

« - Maudits Athéniens! Scélérats! Voilà déjà plusieurs semaines que nous peinons sur l'immense plaine marine sans courant bienheureux pour honorer notre ligue et vous, vous voudriez nous dépouiller! Mécréant ! Votre conduite m'indigne! Jamais traîtres pareils ne s'étaient présentés à mes yeux! Ainsi, votre déesse, cette Athéna aux yeux pers, vous aurait-elle perverti à ce point? A présent, quand bien même aucun acte n'eut été encore commis, justifiez vos pensées traîtresses et que les Dieux tout puissants Castor et Pollux nous en soient témoins!

Se voyant accuser de la sorte, Théophile, membre de l'équipe Athénienne, réagit aussitôt. Lui, ce fervent admirateur du grand Périclès, lui répondit avec un aplomb digne d'Apollon:

Ce sont vos propres pensées qui sont indignes! Cet or, nous le méritons. Il nous revient de droit! Alors oui, que les Dieux tout puissants de l'Olympe m'en soient témoins, tout comme ils furent témoins, jadis, de la création de la ligue de Délos dont l'initiative provient de nous. C'est nous, et nous seuls, les Athéniens qui l'avons dirigée! Et si, aujourd’hui notre belle civilisation Hellénique est si prospère, voyez à qui revient le mérite. »

A ces mots, les deux équipes s'arment, prêt à un combat imminent. Et chacun étant persuadé au plus profond de soi que l'honneur de leur cité est en jeu voit leur sang s'enflammer du feu guerrier de Mars lui-même. Ainsi, lorsque le premier Spartiate, profondément courroucé tua le premier Athénien, le conflit éclata au sein de l'équipage.

Spartiates et Athéniens qui autrefois ne formaient qu'une seule et même équipe contre les invasions Perses devinrent ici, frères ennemis.

  • Eloïse Chartaud
  • Timothée d'Arcy
  • Betty Cohadier
  • Océane Guillon